V




VAN CLEVE (Joos) : Peintre flamand d’origine allemande (1485-1540). Né à Kleve dans une famille d’artiste et de peintre, on le retrouve inscrit en 1511 à la guilde d’Anvers. Peut de temps après il entrepris un voyage en Allemagne, puis en Italie, en France et en Angleterre qui lui permirent de développer un style proche des « sfumato » de Vinci et des paysages de Memling. Au cour du voyage qu’il fit en France vers 1525, le roi François Ier le prit comme portraitiste officiel. Parmi les œuvres qu’il nous a laissé, citons le retable de la Mort de Marie (1515, Pinacothèque de Munich), Saint Georges et Saint Nicaise (Pinacothèque de Munich) ainsi que Sainte Christine et sainte Gudule (Pinacothèque de Munich). Il se consacra également à la réalisation de portrait de roi et de monarque européen comme François Ier (1525, Philadelphia, Museum of Art), Eléonore de Habsbourg (1530, Vienne, Kunsthistorisches Museum), l’empereur Maximilien Ier (1510, Amsterdam, Rijksmuseum), Henri VIII (1535, Londres, Royal Collection). On lui doit également une série de peinture religieuse comme l’Adoration des Mages (Detroit, Institue of Art), le Jugement Dernier (1520, New York, Metropolitan Museum of Art), l’Annonciation (1525, New York, Metropolitan Museum of Art), la Sainte Famille (1511, Londres, National Gallery), le Triptyque de La Lamentation du Christ (Francfort, Staedel Museum), le Triptyque de Bethléem (vers 1520, Moulins, Cathédrale Notre-Dame), une Déploration du Christ (1520, Paris, Musée du Louvre), le Christ en Savator Mundi (1512 , Paris, Musée du Louvre), la Vierge et l’Enfant avec saint Bernard (1508, Paris, Musée du Louvre), Adam et Eve (1507, Paris, Musée du Louvre).

VANEAU (Pierre) sculpteur

VERCINGETORIX : Chef gaulois d’origine Arverne (vers 72 avant JC-46 avant JC). Fils d’un chef Arvernes prénommé Celtil, il su par son habilité politique et par ses talents de chef de guerre se faire reconnaître roi des peuples de Gaule. Afin de faire face aux troupes de Jules César qui lui infligeaient de nombreuse défaites, Vercingétorix employa la tactique de la terre brûlée. Apres l’échec qu’il subi devant la ville d’Avaricum (Bourges capitale des Bituriges), il infligea à César une lourde défaite devant Gergovie (sur les hauteurs de Clermont-Ferrand) en mars 52. Malgré cette brillante victoire et une armée forte de 80 000 hommes, il du capituler lors du siège de la ville d’Alésia en Côte D’Or (en septembre 52). Jules César qui l’avait contraint à se retrancher derrière cette ville réussit à lui faire déposer les armes au bout de deux mois de combat et de rationnement (le ravitaillement des Gaulois avaient été bloqués par les légions romaines). Vercingétorix se livra à son vainqueur et fût emmené en prison à Rome ou il resta enfermé durant six ans. Le 26 septembre 46, il fût étranglé après qu’il eu servi on triomphe de César.
L’engouement que connu cette période vers le milieu du XIXeme siècle favorisa l’édification de statue en l’honneur du chef gaulois comme celle de la place de Jaude à Clermont-Ferrand ou celle situé prés des fouilles d’Alésia en Côte d’Or.

VICHY (Renaud de)

VIGIER D'ORCET (Gabriel Barthélemy de)

VIILLANDRANDO (Rodrigue de) mercenaire

VISSAC (Louise de) religieuse à Lavaudieu

VOUET (Simon). Peintre français (1590-1649)

VOZY(évêque du Puy)

VUIBERT (Rémy). peintre