MUROL (63)
Chateau de Murol


Venus d'Apchon dans la Haute-Auvergne, les seigneurs qui s'installèrent ici au tout début du XIIIème avaient pour ancêtre un personnage connu sous le nom d'Amblard Comptor d'Apchon. Ce seigneur de la fin du Xème siècle possédait entre autre les terres de Chambon et de Murol. Donnant ces dernières à son fils Armand, celui-ci les transmis à son fils Bertrand qui pris le nom de seigneur de Chambe. Son fils Bertrand II s'occupa à son tour de ses terres et fit construire, vers 1200, l'ancien motte féodale que l'on distingue parmi les ruines du château (on remarque surtout l'ancienne chapelle romane et les flancs Ouest et Sud). Passant en ligne directe à Jehan II de Chambe, le château entre finalement en possession de son fils Guillaume II de Chambe (ou Sam). Etant probablement né vers 1350, ce brillant homme de cours fut marié en 1384 à Odine de Saint-Nectaire. Celle-ci lui apporta une dote comfortable qui lui permis d'être l'un des seigneurs Auvergnat les plus puissants de son temps. Sa position sociale et l'argent amaçée lui donna l'occasion de faire reconstruire presque entièrement le château. Edifiant une nouvelle tour maîtresse ainsi qu'une grande salle et une nouvelle chapelle, il reprit également la construction des fronts Nord et Est. Enseveli dans la chapelle du château en 1440, il laissa pour unique héritier son fils Jehan qui fut échanson puis chambellan du duc Jean de Berry.



Cliquez sur les chiffres pour voir les photos correspondantes


Sans heritier mâle, celui-ci laissa le domaine à la famille d'Estaing lors du mariage de sa fille Jeanne de Murol avec Gaspard Ier d'Estaing, sénéchal et gouverneur de Rouergue en 1455. L'apport financier que cette grande famille du sud-ouest investi dans le remaniement du château permis la construction de la façade Est, l'édification des échauguettes "en cul-de-lampe" du chemin de ronde et le remaniement des étages de la grande salle. Son arrière-petit-fils François Ier, vicomte d'Estaing (mort vers 1570) s'occupa de la défense de la forteresse en ajoutant une vaste enceinte et des canons à poudre. Son fils Jean III d'Estaing (1540-1621) fut l'un des principaux représentants de la Ligue en Auvergne. A la tête d'une armée importante, il participa à la bataille de Cros-Rolland (vers Issoire) en 1590 et s'empara de plusieurs places en Auvergne et en Rouergue. Repoussant les royalistes avec succès en 1592 (le château subi d'ailleurs à cette occasion son seul et unique assaut), Jean III se ralia finalement à la cause du roi Henri IV en 1594. Remaniant à son tour le château afin d'en faire une demeure de plaisance au début du XVIIème siècle (logis neuf en ruine), il profita des lieux jusqu'à son décès survenu en 1621 lors du siège de Montauban. Conservé par la famille d'Estaing jusqu'en 1715, le château fut vendu en 1770 à l'évêque de Clermont. Laissé à l'abandon au moment de la révolution, la forteresse servi de prison puis, de repère pour brigand et, enfin, de carrière pour les habitants du village. Dans un état déplorable au moment de son classement en 1889, il fut en partie restauré à partir des années 1950 . Depuis 1985, il est animé par la troupe des "Compagnons de Gabriel" qui redonne vie à ce lieu chargé d'histoire.




Culminant à plus de 1000 mètres d'altitude, le château de Murol fut édifié sur un rocher basaltique taillé artificiellement. Le choix de ce site surprend un peu lorsque l'on sait que les principales voies de communication sont éloignées de plusieurs kilomètres. Privilégiant avant tout l'aspect défensif et la surveillance des terres alentoures, les seigneurs de Chambe et la famille d'Estaing firent des merveilles dans ce domaine. Composé de deux lignes défensives, le château est entouré par une vaste enceinte réalisée durant la seconde moitié du XVIème siècle par le vicomte François Ier d'Estaing. Ce mur d'enceinte fut entièrement emplie de terre afin de résister aux pièces d'artillerie de l'époque. Les angles furent renforcés par des tours bastionnées aux plans en amende et percées de canonnières à la française. Délaissant l'ancien château jugé trop vêtuste, Jean III d'Estaing (fils de François Ier) préfèra résider dans un petit logis Renaissance qu'il se fit construire au Sud de l'ancienne forteresse. De cette construction malheureusement en ruine, il ne reste que le petit pavillon d'entrée sur les murs duquel on peut encore voir quelques grandes baies encadrées par des pilastres.




Commencée au début du XIIIème siècle par les Comptor d'Apchon, la forteresse de plan polygonal que l'on peut voir est avant tout l'oeuvre de Guillaume de Murol et de Gaspard d'Estaing. Surmontant un rocher basaltique aux pans taillés, les courtines furent percées de latrines et munies d'échauguettes en "cul-de-lampe". La tour maîtresse de plan circulaire qui ferme le chemin de ronde sur le coté Nord permettait d'avoir une vue exceptionnelle sur l'ensemble de la vallée. Ne privilégiant pas uniquement l'aspect défensif, Guillaume de Murol fit également refaire l'aménagement intérieur. Les appartements et la grande salle furent transformés et agrandis. En même temps, il agrandit l'ancienne chapelle romane en lui adjoignant une nouvelle nef.
La cour intérieure du noyau castral s'organise autour d'une façade supportée par des arcades et de plusieurs tourelles de plan hexagonal. La porte principale est surmontée d'un linteau figurant les armoiries des Murol et des Estaing.